BENNOO BOKK YAKAAR: CAP SUR LES REFORMES DE RUPTURE !

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL
BENNOO BOKK YAKAAR: CAP SUR LES REFORMES DE RUPTURE !

Après le renouvellement du Bureau de l’Assemblée Nationale, cap pour BBY sur les réformes de rupture !

Le renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale était devenu le dernier test politique majeur de l’avenir de BBY, après le départ du Gouvernement du Premier Ministre Abdoul MBaye.

En effet, le climat politique et social était très tendu avec l’option du Chef de l’Etat de renouvellement annuel de la Présidence de l’Assemblée nationale, les prétentions hégémoniques de la Coalition Macky 2012 et de certains milieux dirigeants de l’APR, et l’exploitation politicienne des difficultés énormes des Sénégalais pour en rendre responsable la Coalition BBY, qui est présentée à l’opinion comme une coalition électorale de circonstance, incapable, à cause d’agendas cachés, de travail solidaire autour du Chef de l’Etat pour faire face aux défis qui interpellent sa « gouvernance ».

C’est tout cela qui avait fini de préparer l’opinion à l’idée que le Président Macky Sall n’avait plus d’intérêts politiques à garder cette alliance qui l’aurait pris en otage et l’empêchait à mettre en œuvre son « Programme Yoonu Yokute ».

Les attaques contre BBY étaient devenues encore plus violentes après la reconduction de la Coalition dans le nouveau Gouvernement de Madame Touré, malgré les coups de « griffes » de REWMI, qui étaient présentés comme l’illustration des contradictions qui mineraient BBY, et présageaient de son enterrement de première classe.

Au finish, avec le renouvèlement du Bureau de l’Assemblée nationale qui vient de se passer, l’on se retrouve avec le confinement de REWMI dans un isolement politique où sa stratégie de harcèlement l’a réduit, face à la confirmation de la solidité politique de la Coalition BBY, que même le « Mouvement Bess Du Niak » n’a pas quitté malgré les fortes injonctions publiques faites à son leader à cet effet.

BBY s’est donc ainsi révélé comme un vaste « Mouvement de Républicains et de Démocrates » soudés autour du Chef de l’Etat, qui a confirmé sa vision de « gagner ensemble, gouverner ensemble », qui repose sur des rapports de force issus du premier tour de l’élection présidentielle du 26 Février 2012, et qui constituent la base sociale et politique du pouvoir que le peuple Sénégalais lui a confié le 25 mars 2012.

C’est parce que le Président Macky Sall a la claire conscience que son pouvoir repose sur une plus grande cohésion de BBY, qu’il n’a pas hésité à affronter publiquement certains de ses partisans de première heure qui ramaient à contre courant, et de prendre acte sereinement de la stratégie de positionnement politique de REWMI, qui manifestement visait la dislocation de BBY en voulant se présenter à l’opinion comme le « défenseur des préoccupations du peuple » face à un BBY qui serait « bouche pleine, bouche cousue » et qui serait miné par des querelles de postes !

Que d’analystes politiques et autres « Politologues » n’ont-ils pas trempé leurs plumes ou enroué leurs gorges pour donner du crédit à une telle vision de BBY, et pronostiqué, à forces d’arguments, les uns plus ingénieux que les autres, la « mort » imminente de cette Coalition qui serait « contre nature », « sans vision partagée », « ni solidarité interne » !

Cet aveuglement contre BBY est arrivé au point que ses détracteurs ont perdu le peu de discernement politique qui leur restait quand, devant l’ampleur des difficultés des Dakarois face à la pénurie d’eau, le Chef de l’Etat se plaignait publiquement d’un « manque de solidarité des Ministres auprès de leur collègue chargé de l’hydraulique » qui dût « mouiller seul sa chemise » pour expliquer la situation et conforter l’opinion.

Cette sortie du Chef de l’Etat a été vite interprétée comme un « aveu du Chef de l’Etat d’un manque de solidarité de BBY » ! Ces pourfendeurs de BBY ne se sont même pas rendu compte que ce n’est pas de la responsabilité de BBY de conduire l’action du gouvernement, mais bien celle du Premier Ministre ! De ce fait, leur aveuglement ne leur a pas permis de savoir que la « solidarité des Ministres autour d’une action gouvernementale » relève de la responsabilité du Premier Ministre et non de BBY.

Cet avertissement solennel du Chef de l’Etat de recadrage, en direction de son PM, qui s’était rendue à Keur Momar Sarr à forte dose de publicité, avec, à la bouche, des menaces à peine voilées en direction de la SDE, a échappé à nos illustres analystes autres réputés « Politologues » !

Aujourd’hui, après une année de législature parlementaire, et l’issue du renouvèlement de l’Assemblée nationale, BBY, devant les couacs de sa propre « gouvernance, est interpellé pour plus d’efficacité dans son travail autour du Chef de l’Etat».

IL y a trois niveaux de « gouvernance » de notre Coalition qui devraient mieux travailler en synergie : c’est le niveau des concertations entre les leaders et le Chef de l’Etat ; ensuite, le niveau de concertation au sein du « groupe parlementaire de BBY et du groupe de Conseiller BBY au sein du CESE ; et enfin, c’est le niveau de concertation entre les Cadres des différentes coalitions qui composent BBY.

Le premier niveau semble fonctionner à la satisfaction des leaders depuis le départ de REWMI ; le second niveau devrait améliorer son fonctionnement démocratique, et le troisième niveau tarde à voir le jour, en raison des problèmes de cohésion interne qui prévalent dans chacune des coalitions de BBY, que soit dans Macky 2012, dans BSS, ou chez les autres.

Les différents leaders devraient donc s’atteler à faire surmonter dans leurs coalitions respectives, ces problèmes de cohésion interne, pour pouvoir désigner, dans les plus brefs délais, leurs plénipotentiaires, qui doivent constituer la « Coordination politique des Cadres de BBY ».

Le retard pris à mettre en place cette « Coordination Politique » a fait croire, à tort, à une absence de concertation entre les composantes de BBY. Il faudrait donc mettre un terme rapidement à cette fausse impression, qui est utilisée par nos détracteurs pour saper le moral des populations.

Cela est d’autant plus urgent qu’avec la prochaine Déclaration de Politique Générale (DPG) du nouveau Premier Ministre, la traduction, sous forme de Programmes et de projets, de notre vision partagée avec le Chef de l’Etat, notre « Groupe Parlementaire » sera appelé à l’étudier pour la confronter aux attentes des populations, avant son adoption comme politique gouvernementale de BBY par l’Assemblée nationale.

Il faudrait donc tout faire pour mettre sur pied cette « Coordination Politique » afin de créer les conditions d’une « concertation permanente » entre les Cadres de BBY et son « Groupe Parlementaire », pour éviter les concertations individuelles et occasionnelles passées, entre des Cadres de Partis et leurs Députés, pour préparer cet important évènement dans la vie de BBY et de la Nation.

C’est cela qui avait fortement induit en erreur beaucoup d’analystes de bonne foi, qui n’arrivaient pas à voir dans la DPG du premier Ministre Abdoul Mbaye, la matérialisation concrète de notre vision commune avec le Chef de l’Etat, sous forme de programmes, de projets, et autres réformes pour la durée du mandat du Président de la République, élaborée, discutée et adoptée en Conseil des Ministres, avant d’être soumise à l’Assemblée nationale où notre « Groupe Parlementaire » en fait de même, avant son adoption par l’Assemblée nationale.

La DPG de la nouvelle Premier Ministre ne saurait être qu’une réactualisation de cette vision partagée, en tenant compte de l’évaluation faite de ce que son prédécesseur a pu réaliser durant sa primature.

D’ores et déjà, les réformes majeures mises en chantier sous le Premier Ministre Abdoul Mbaye, et dont certaines, comme sur le foncier et l’Acte III de la Décentralisation, ont du plomb dans l’aile, devraient être amenées à terme, en tirant les leçons des difficultés qu’elles ont rencontrées dans leur phase de concertation.

Ce sont ces réformes qui portent les ruptures qu’attendent les Sénégalais du Président Macky Sall et de sa Coalition BBY.

Aujourd’hui, conforté de la solidité de notre Coalition, mettons tous, pour ce qui reste de 2013, le Cap sur ces Réformes de Rupture.

Ibrahima Sène PIT/SENEGAL

Le 14 Octobre 2013

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog