LA MARGE DE MANOEUVRE EST ETROITE, MAIS DES SOLUTIONS EXISTENT !

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL
LA MARGE DE MANOEUVRE EST ETROITE, MAIS DES SOLUTIONS EXISTENT !

La marge est ténue mais des solutions existent !

Une échéance importante pour les 24 et 25 février 2014 : le « club de Paris ». Une campagne agricole - plus précisément arachidière - à tout le moins poussive, c’est-à-dire laborieuse. Un front social - notamment scolaire mais aussi médical - agité. La ferme volonté de mettre de l’ordre au sein de la Fonction publique pour que, désormais, l’argent du contribuable ne rémunère que ceux qui y ont droit. Une découverte effarante d’un trésor de plus de 47 milliards dans les comptes et coffres d’un particulier ! Et, enfin, des élections en perspective, devant modeler en profondeur le pouvoir local, et sur lesquelles, quant au fond, un consensus large est bien loin d’avoir été instauré.

Différents éléments, touchant au destin national, dont la cohérence n’est pas seulement tributaire du fait qu’ils tracent à grands traits le contexte sénégalais en cette entame de 2014.

Plus fondamentalement des données qui font sens dès lors qu’on les lit comme indicateurs de la marge ténue dans laquelle le gouvernement sénégalais et toutes les forces de progrès qui désirent sa réussite doivent évoluer.

D’abord, l’impératif de comprendre la réalité du monde dans lequel le Sénégal évolue. Un univers de capitalisme financiarisé dont l’absurde loi du profit impose des souffrances de plus en plus partagées à tous les peuples du globe. Le savoir, le vivre et pourtant faire avec « sans rien lâcher » puisqu’en l’état, il n’existe pas encore d’alternatives suffisamment viables et moins coûteuses pour nos masses populaires.

Ensuite, une exigence de débat avec les forces sociales, syndicales notamment, pour faire le départ entre le souhaitable et le possible, le normal et l’inadmissible, l’intérêt général bien compris et le corporatisme aussi étroit que sans lendemain.

Enfin, un autre impératif, presque catégorique : celui de continuer sans faillir ni faiblir dans l’instauration d’une culture de reddition des comptes qui ferait que le Sénégal romprait, définitivement, d’avec une tradition d’impunité qui lui a tant porté préjudice en compromettant, et depuis bien trop longtemps, ses chances de développement…

Pour le PIT, de tels enjeux ne doivent pas seulement être finement compris par les différents partis composant Bennoo Bokk Yaakaar. Ils devraient, bien au-delà de ces forces, être partagés par les segments les plus larges du peuple sénégalais aux fins d’édification de l’armée populaire du changement sans laquelle il risque d’être vain de vouloir réaliser de grands desseins pour le pays.

Pour cette raison, le PIT recommande à tous ses alliés de Bennoo Bokk Yaakaar de développer une culture du débat et du partage, d’associer à ce débat toutes les parties qui le veulent, afin de toujours asseoir les choix à faire sur une base sociale la plus large possible.

Il importe qu’il en soit ainsi pour l’acte III de la décentralisation, la date la plus opportune des prochaines locales, le sort de l’Ecole sénégalaise, les voies et moyens de dépêtrer notre agriculture de ses goulots d’étranglement, et bien entendu la gestion davantage rationnelle et soucieuse d’avenir du foncier national.

Le Secrétariat du comité central

Dakar le 4 février 2014

Birane 08/02/2014 21:52

Notre but en tant que paeti est de faire en sorte qu´ils(les populations) étudient dans la meme faculté politique que ses dirigeants politiques, le PIT-SENEGAL peut le réussir.

SODEVA 08/02/2014 20:05

A voir cet article le PIT demeure pour etre modeste l'un des partis les plus pertinents. Occupons les medias. Les elements les pls conservateurs, les fossoyeurs de la republique arrose nos journalistes matin et soir avec l'argent vole des contribuables sana pudeur.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog