REDONNER A NOS UNIVERSITES LEUR VERITABLE VOCATION!

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL

Redonner à nos universités leur véritable vocation : un impératif national !

Le secrétariat du Comité Central du Parti de l’Indépendance et du Travail, en sa séance du 27 mai 2014, s’est particulièrement penché sur les événements récents survenus à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Des événements regrettables, à tout point de vue !

Mais des événements qu’il ne faudrait nullement isoler- au risque de commettre une grossière erreur de jugement- de la trame fatale fait d’un cocktail détonnant que des années d’errements, de ponce pilatisme, de refus de recherches ou d’application de solutions sérieuses ont contribué à asseoir, plongeant l’Ecole et l’Université sénégalaises dans une crise systémique.

Car et en vérité, le désolant pic de violences vécues à Cheikh Anta Diop, avec ses casses et destructions, son lot de blessés et d’arrestations, n’est pas tombé du ciel.

Aussi lui trouver une solution pertinente impose, au-delà de la légitime indignation, une réflexion à froid, permettant de renouer avec des postulats devant être acceptés par tous les acteurs.

De ce point de vue, autant il est inadmissible, qu’au mois de mai finissant, les étudiants en soient encore à réclamer leurs bourses, autant il n’est pas acceptable que ces bourses soient octroyées hors normes, sans le moindre esprit ni de justice sociale, ni de promotion du mérite.

Pas plus qu’il n’est pensable que l’Université soit érigée en zone de non droit, dans laquelle chacun peut faire tout et son contraire, sans la moindre crainte avec, comme conséquence, l’érection de gangs organisés depuis des années, en dehors de toute ambition pédagogique, des gangs prenant en otage, au vu et au su de tous, tout un système !

Si, en la matière, la responsabilité de l’Etat-(en l’occurrence l’Etat transcende les régimes)- est pleine et entière, tout doit pourtant être fait pour que l’Université soit un champ de libertés propice à l’éclosion de la pensée féconde.

Il appartient ainsi, comme on le voit, à tous les acteurs d’agir efficacement pour que nos universités ne soient point investies par les forces de l’ordre précisément parce qu’aucun contexte qui y inviterait ne serait crée.

Ce qui signifie, du côté des étudiants, renouer avec des formes de mobilisation et de revendication préservant les biens publics et privés. Ce qui suppose aussi, de leur côté toujours, suffisamment d’intelligence et de discernement, pour que leur désarroi ne soit exploité à des fins politiciennes ou, pire, à des fins mafieuses.

Le gouvernement doit, pour sa part, tirer tous les enseignements de la crise ainsi vécue. Il doit traiter tous les étudiants du pays avec équité, responsabilité et constance.

Son ambition doit être, avec les ressources nationales, de créer les meilleures conditions de vie et d’étude pour les fils du pays afin que le Sénégal extirpe son Ecole et son Université du bourbier dans lequel elles sont, depuis trop longtemps, plongées.

Aussi est-il vital de recruter massivement des enseignants qualifiés, d’intensifier le rythme des constructions d’amphis et de résidences universitaires tout en instaurant un climat de confiance par une culture de dialogue permanent.

Dans l’immédiat et pour sortir l’Université sénégalaise de sa mauvaise passe actuelle, le Secrétariat du Comité Central du P.I.T propose :

-l’examen des voies les meilleures pour la libération des étudiants interpelés

-le départ des forces de Police de l’espace universitaire pour placer les étudiants devant la responsabilité de reprendre leurs études dans la paix et la stabilité(les bourses étant en train d’être payées)

- une réflexion diligente pour explorer, concernant les masters, une solution exceptionnelle de transition entre la situation d’avant LMD et les exigences du LMD

-une meilleure implication des organisations de parent d’élèves et étudiants aux fins de conférer à celles-ci un statut consultatif sur toutes les questions touchant à l’éducation et à la formation

Le Secrétariat du P.I.T demeure convaincu qu’ensemble il est possible de redonner à nos Universités leur véritable vocation !

Il y va de l’intérêt national bien compris !

 

 

Dakar, le 27 mai 2014

REDONNER A NOS UNIVERSITES LEUR VERITABLE VOCATION!

comptabilité 24/06/2014 05:42

Il faut bien se mettre en tête que les jeunes universitaires sont l'avenir d'un pays, c'est pourquoi il faut toujours être optimiste et ne pas baisser les bras quant à leur bonne éducation.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog