DOING BUSINESS : UNE VITRINE POUR LE CAPITAL, UNE CHIMERE POUR LES PEUPLES !!!

  Je reviens à la charge, c’est la nouvelle trouvaille  de la Décennie passée des tenants du libéralisme sauvage, débridé pour tenir en laisse les Etats qui doivent désormais s’exercer à se mettre au service du Capital international en lui pavant le chemin de sa prospérité. A la publication du rapport de l’année dernière le gouvernement sénégalais était en émoi et l’opposition  faisant feu de tout bois raillait méchamment et j’écrivais dans un article paru dans la presse qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat dans ces rapports et qu’il fallait rester Zen car vous ne verrez jamais un pays développé à la tête de ce classement qui  est annuellement  orienté à travers la composition  des indicateurs retenus mais également en fonction des préoccupations du  Capital  et des desideratas  relevés dans certains pays cibles . Pourtant le critère le plus simple et le plus objectif déclasser un pays était d’une année à une autre d’évaluer le flux d’investisseurs pour voir si le pays est plus ou moins attractif mais avec la système actuel, sommation d’indicateurs divers,  un pays peut être mal classé et avoir fait des progrès en nombre d’investisseurs au cours d’une année donnée

Ce pendant il faut le reconnaître, l’amélioration de l’Environnement des Affaires qui sert de prétexte au Doing Business demeure une donnée importante et constante de l’investissement qui est un acte de foi à l’image de celui du paysan qui met ses graines à terre et attend la pluie.  En effet  tout investisseur a besoin d’être rassuré par la rentabilité de son Entreprise mais que cela n’arrive  par la remise en cause d’un ordre social pré établi , par la perte de souveraineté des Etats, par  un déficit budgétaire qui empêche aux Etats de faire face aux missions régaliennes, par l’avilissement, l’asservissement des peuples au Capital étranger, par la déréglementation, la dérégulation ou la désorganisation tous azimuts .  Pour des Etats en construction cette compétition mondiale pour un bon classement  reste une course de fond qui si  elle n’est pas menée de manière intelligente peut s’avérer un exercice périlleux.

Le danger pour nos Etats aux revenus faibles reposant essentiellement  sur les taxes et la fiscalité, réside dans l’étendue du spectre des réformes  de base à mener pour prétendre à un bon classement. IL faut réformer, encore réformer, toujours réformer, dérèglementer, déréguler : il faut  souvent réformer le code du travail en remplaçant les contrats à durée indéterminée par des contrats à durée déterminée, avec des conditions de licenciements ou de fermeture d’ Entreprises plus souples et une réduction des charges sociales, il faut agir sur la fiscalité en modifiant les codes des impôts ,le code des douanes pour des facilités Import/Export, le code de l’urbanisme pour le droit de propriété, le code de l’Environnement,  le code des Marchés, le code de procédure Civile, réformer les procédures administratives, réduire les coûts des charges,  le coûts des facteurs de production, les durées des transactions, faciliter l’accès aux crédits  en sus de la Ratification et de l’application  de conventions et d’accords internationaux  qui encadrent la macro-économie  ou les droits Humains etc …. Comme vous pouvez le constater, chercher vaille que vaille à avoir un bon classement dans ce fouillis de conditionnalités me semble une entreprise suicidaire pour un résultat  encore hypothétique car l’investissement requiert d’autres considérations   que l’environnement local des Affaires : quid de la taille du marché, de la concurrence régionale et internationale, de la qualité des Ressources ?

L a question qui brûle les lèvres après ce bel échafaudage pour attirer d’éventuels investisseurs est celle-ci : que gagne le peuple avec des s   alaires de misère, une précarité des Emplois,  avec moins d’impôts pour le Trésor Public et plus d’évasion fiscale ? Une véritable chimère ! Le jeu vaut il la chandelle ? Faut-il se dépouiller et dépouiller ses Travailleurs pour le compliment d’un bon classement mondial? La réalité est que même un bon climat des Affaires dans nos pays, profite rarement aux investisseurs locaux qui sont souvent malmenés par le Capital étranger. Les Peuples de Singapour ou de chine qui ont enregistré les taux d’investissements les plus élevés peuvent donner la réponse en confirmant qu’industrialisation ne rime pas toujours avec meilleur indice de Développement Humain pour un pays.

De toute évidence, la meilleure stratégie est moins de croiser les bras  en matière de promotion du climat des Affaires mais elle ne consiste pas non plus,  à se river sur un bon classement à tout prix, il faut choisir ses propres leviers notamment la question des facteurs de production qui intéressent à la fois les investisseurs locaux et étrangers, la fiabilité et la crédibilité des institutions surtout politiques et judiciaires, la célérité administrative qui écarte la corruption, l’ouverture du Marché avec les infrastructures et enfin  ne pas bâcler les contrats de concessions pour revenir ensuite les dénoncer et s’engager ensuite dans des procès internationaux qui font mauvaise presse au prés des investisseurs (cas de la privatisation de la SENELEC, Arcelor Metal ) etc… Dans ce cadre il faut d’ailleurs saluer l’attitude lucide du Gouvernement qui a préféré négocier à la place d’un mauvais procès.

De grâce Monsieur le Président n’évoquez plus ce dossier de Doing Business , laissez le soin à votre Ministre de l’Economie ou à votre premier Ministre d’en parler et focalisez toute votre énergie sur le PSE et sur les Grands projets structurants du NEPAD(Eau, Energie, Transport, Télécommunications) que vous avez la lourde responsabilité  de gérer et qui à terme constitueront le meilleur gage pour la ruée des investisseurs non seulement au Sénégal mais en Afrique. Combien sont-ils déjà autour du PSE ?

 Waly Ndiaye Syndicaliste Benno BOKK YAAKAR

Tel. 77 646 97 17

  

DOING BUSINESS : UNE VITRINE POUR LE CAPITAL, UNE    CHIMERE POUR LES PEUPLES !!!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog