APPEL AU PEUPLE ET AUX CITOYENS SENEGALAIS

A la veille du 23 mars  prochain, jour de verdict et de vérité pour Karim Wade et compagnie, nul ne peut plus douter de la volonté, longtemps et constamment  exprimée par l’ancien Président de la République Abdoulaye Wade, de s’opposer, par diverses formes de manœuvres et de manifestations, à toute condamnation de son fils par la justice de notre pays. Karim Wade serait-il au dessus des lois de la République ou bien un sénégalais entièrement à part ?

Sans même attendre  le verdict, l’ancien Président Wade, qui a déjà fini de trahir l’espoir de l’alternance du 19 Mars 2000, a mis en branle une stratégie de déstabilisation et de sabotage dans le pays et en direction du Tribunal, pour empêcher les juges de délibérer en toute sérénité dans leurs locaux. Ce défi contre la République, l’Etat de Droit et le principe du respect de la justice égale pour tous, doit être condamné sans équivoque, dès  maintenant,  et neutralisé par tous les moyens légaux  dont dispose-la République démocratique du Sénégal.

Dans ce cadre, la CDS invite le peuple sénégalais, l’ensemble des citoyens, citoyennes et forces vives de notre pays, à démasquer et à déjouer le piège infernal concocté par Abdoulaye Wade et ses affidés. Aucun prétexte ne doit lui être fourni pour susciter une  « guerre civile » entre  «  partisans du pouvoir » et «  opposition », en organisant des «  contre manifestations ». C’est une pareille confrontation dont il rêve pour justifier l’intervention des forces de l’ordre, dans le but de renverser le pouvoir légitime en place, pour mettre en place un «  gouvernement provisoire » chargé de baliser le terrain à l’intronisation de son fils.

La seule attitude qui sied dans pareille situation, c’est l’expression massive du soutien des républicains et démocrates de notre pays  à la  Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) pour la manifestation de la vérité et la fin de l’impunité. Dans ce cadre, il appartient au gouvernement et aux forces de sécurité de faire prévaloir l’Etat de Droit ainsi que le respect des Institutions républicaines, et de garantir le maintien de la paix civile dans la vigilance dictée par le «  principe de précaution ».  La CDS, pour sa part, ne ménagera aucun effort pour participer à l’élan de mobilisation populaire et citoyenne, au niveau national et au sein de la Diaspora, afin de mettre en échec le projet machiavélique  de retour de Wade au pouvoir par la rue à travers un coup de force, au nom de ses propres privilèges et des seuls intérêts de son fils et de son clan.

 

Fait à Dakar le 20 Mars 2015

La Conférence Nationale des Leaders

CONFEDERATION POUR LA DEMOCRATIE

ET LE SOCIALISME (CDS)

 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog