Déclaration du 8 Mars 2015 de la Confédération pour la Démocratie et le Socialisme (CDS)

 

La Confédération pour la Démocratie et le Socialisme (CDS) que  des Forces de Gauche au Sénégal viennent de mettre sur pied le 22 Février 2015, exprime, en cette  journée internationale des Femmes, le 8 Mars,  toute sa fierté de compter dans ses rangs  des femmes et des jeunes filles dont l’engament  patriotique pour la République, la Démocratie, la justice sociale et le Socialisme, est unanimement reconnu par leurs sœurs,  et hautement apprécié par tous leurs  compatriotes.

 

Elles ont su, dans la pure tradition  de lutte des  Femmes de Nder, qui n’ont pas hésité à se sacrifier le 5 Mars 1820 au nom de la liberté,  ainsi que de la Reine de Cabrousse, Aline Sittoye Diatta, illustre figure de la résistance anticoloniale au Sénégal, porter haut la contribution des Femmes  sénégalaises dans le mouvement de libération politique, économique, sociale et culturelle du peuple, et  dans sa quête pour le recouvrement de sa souveraineté pleine et entière.

 

C’est l’occasion aussi,  pour la CDS,  de présenter ses vives condoléances à la famille éplorée  d’Aline Sittoye Diatta et à tous nos compatriotes de Casamance, pour la perte cruelle intervenue récemment,  suite au décès de notre sœur, la fille unique d’Aline.

Qu’elle repose en paix et que la terre de Casamance lui soit légère !

 

La CDS en profite aussi pour saluer hautement l’engagement indéfectible et l’apport des Femmes de Casamance,  celles du « Bois sacré » notamment,  pour le rétablissement de la paix en Casamance, ayant abouti aujourd’hui à un «  cessez le feu tacite », qui augure de lendemains meilleurs  pour les négociations en cours. La contribution des Femmes de Gauche, pas seulement dans les partis politiques, mais aussi  au sein du mouvement syndical des travailleurs, des organisations de la société civile, dont le Conseil Sénégalais des Femmes(COSEF), et l’Association Sénégalaise des Femmes Juristes (ASFJ), entre autres, a grandement contribué  à l’obtention de conquêtes historiques tant au plan social qu’au plan politique : on peut citer, sans être exhaustif,   la pénalisation de la répudiation,  des violences  et autres mutilations faites aux femmes, l’accès égal des filles à l’éducation, notamment dans le préscolaire, l’élémentaire et le moyen-secondaire,  tout en faisant face avec détermination aux défis de leur maintien à l’Ecole et aux dangers liés aux grossesses précoces,  la parité dans les fonctions électives, le libre choix de l’appartenance politique et syndicale, la liberté de vote,  l’égalité fiscale et judiciaire…

 

L’exigence portée aujourd’hui par les femmes pour  la pénalisation du « refus de paternité », devrait être soutenue par des mesures d’accompagnent, notamment par la gratuité du test ADN. Toutes ces conquêtes sociales et politiques n’ont  pas nui  à leurs devoirs d’épouse et de mère, et à leur fonction  de protection  de l’enfant qui est  illustrée par leurs engagements dans  le suivi scolaire et sanitaire des enfants, et  dans la lutte contre la « maltraitance » dont ils sont l’objet, notamment  la pédophilie,  la   mendicité et le phénomène  des  « enfants de la rue ».

 

Les pensées de la CDS vont également  vers ces femmes africaines, victimes des exactions du terrorisme sous couvert d’ « Islam radical » et/ou de guerres  civiles, payant ainsi, avec leurs enfants, un très  lourd tribut  à la politique  de division de nos Etats,  pour mieux soumettre nos peuples  et nos ressources naturelles à  l’exploitation  et à la spoliation  par les grandes  puissances impérialistes, notamment les USA et la France. 

 

Dans tous ces combats, la CDS exprime à ses militantes et à toutes les femmes du Sénégal, de la Diaspora, d’Afrique et du monde,  toute sa solidarité et son engagement sans faille à leurs côtés.

 

                      Vive le 8 Mars, Journée internationale des Femmes !

                       Vive le combat des Femmes sénégalaises !

 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog