COMMUNIQUE DE PRESSE DU 04 AOÛT 2015

Le Secrétariat du PIT au cours de sa réunion ordinaire du mardi 4 août 2015 a fait le point des travaux préparatoires du prochain congrès du Parti.

Le Secrétariat s’est félicité de la mise en route des différentes commissions de travail ainsi que des résultats atteints par endroit concernant la vente des cartes de membre du Parti.

Le Secrétariat encourage toutes les instances du PIT à engager, au-delà du débat interne, un échange de fond avec tous les sénégalais qui l’acceptent pour, avec eux, asseoir les thèses du Parti et baliser l’horizon pour conforter un PIT toujours attelé au service du Sénégal et des sénégalais.

Le Secrétariat, procédant à une première évaluation des résultats du BAC et du BFEM, a relevé la médiocrité des performances du système éducatif sénégalais. De tels résultats, dans un monde où de plus en plus le savoir devient un intrant direct dans la sphère de la production et celle de la compétitivité, interpellent tous les segments de la nation : le gouvernement bien entendu, mais aussi les apprenants, leurs parents et, principalement, les enseignants. Pour le PIT, sans un consensus fort sur les efforts à faire, sans la stabilisation des secteurs scolaires et universitaires, il sera bien difficile au Sénégal de faire partie, dans un avenir proche, des pays enviés de par la qualité de leurs ressources humaines.

Le Secrétariat s’est par ailleurs penché sur les graves incidents survenus le vendredi 31 juillet à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

A cet égard, tout en saluant la maîtrise et le professionnalisme des forces de l’ordre - dont la lucidité et la pondération ont permis au pays d’éviter une tragédie - le Secrétariat flétrit l’attitude des « étudiants » lanceurs de pierres. Leur forfait, le lieu où il a été commis, l’institution que représente le Président de la République, l’ignominie qu’ils ont ainsi répandue sur les légitimes revendications des étudiants représentent autant d’éléments faisant qu’aucun sénégalais, dépositaire d’un brin de bon sens, ne peut admettre que de tels errements aient été commis.

Pour sa part, le PIT condamne fermement une telle forfaiture et réitère son opposition de principe au choix de la violence comme mode de traitement des différends politiques. Le PIT attend du gouvernement que toute la lumière soit établie sur cette ténébreuse affaire afin que plus jamais la Nation ne soit ainsi mise en danger.

 

Fait à Dakar, le 4 août 2015

                                                                                      Le Secrétariat du CC du PIT-Sénégal

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog