RESOLUTION GENERALE DU SIXIEME CONGRES DU PIT-SENEGAL

 Le VIème congrès ordinaire du PIT s’est tenu les 23 et 24 juillet 2016, au Centre International de Commerce et d’Echange du Sénégal, à Dakar.

500 délégués, provenant des coordinations départementales, des organisations affilées de femmes (UDFS) et de jeunes (UJDAN) ont, deux (02) jours durant, participé au congrès.

Le congrès a, en son entame, accueilli plusieurs délégations de partis politiques membres de la CDS, de Benno Siggil Sénégaal, de Benno ak Tanor, de Benno Bokk Yaakar, des personnalités éminentes de la société civile, des cadres syndicaux.

Les congressistes ont été particulièrement réconfortés par la présence des délégations dépêchées par les Partis frères. De même, le congrès a été sensible aux messages fraternels reçus.

Les uns et les autres ont mis l’accent sur l’exigence de solidarité que toutes les forces de progrès se devaient de davantage cultiver, dans un contexte dont tous conviennent du caractère particulièrement délétère pour la paix et la sécurité collectives.

Du PIT il est attendu, qu’en fidélité d’avec une mission dont il s’est assigné avec réussite depuis des décennies, qu’il continue de fédérer les forces pour faire converger les initiatives et luttes de tous ceux convaincus de l’urgence de faire advenir un monde de liberté, de justice sociale, de paix et de progrès.

Le 6ème congrès, ayant entendu le rapport moral du Secrétaire général sortant, s’est félicité de l’atteinte d’une bonne partie des objectifs que le parti s’était assigné à son 5ème congrès.

Le congrès a adopté ce rapport de même que le rapport amendé portant thèses d’orientation et de programme et statuts du Parti.

Les thèses d’orientation et de programme ont le mérite, sans prétendre enfermer la vie, de restituer un panorama d’ensemble, révélant le caractère inédit et paradoxal du monde actuel. Un monde dans lequel l’aspiration renforcée des peuples à la justice, à la paix, à la solidarité, bute obstinément contre des logiques d’intérêt, sous maints rapports porteuses de violences.

Pour cette raison entre autres, il importe pour le PIT de continuer à demeurer vigilant, de rester toujours attaché à la conjugaison des efforts de toutes les forces disponibles par faire avec elles, sans renoncer à l’identité du Parti, dans le pays comme en dehors de lui, les étapes nécessaires pour asseoir une gouvernance au service du grand nombre, obturant, de mieux en mieux, toutes les voies de détournement et d’enrichissement indu.

Le congrès, appréciant le niveau d’organisation du Parti, s’est félicité que l’essentiel des coordinations départementales aient été renouvelées, dotant ainsi le Parti de têtes de pont, susceptibles d’impulser le travail. Il appelle tous les camarades à redoubler d’ardeur pour, en fidélité avec le thème du 6ème congrès, renforcer le Parti dans son rôle précieux de transformation sociale.

Dans la même veine, le congrès engage le Parti à poursuivre son intelligente politique de rassemblement de toutes les forces déterminées à se mettre en branle pour permettre au Sénégal de franchir de nouveaux jalons dans l’exaltante entreprise de construction nationale.

Une construction nationale qui ne pourra se faire que dans une Afrique davantage libérée des forces de spoliation et de domination, instaurant l’instabilité et l’insécurité sur tout le continent, dans le seul objectif de régner en maître sur ce continent, et lui ravir, sans coup férir, et ses richesses et ses promesses de développement.

Pour cette raison, le PIT tend la main à tous les Partis de transformation sociale du continent, aux fins d’édifier les synergies nécessaires à l’indispensable lutte de libération de l’Afrique des forces de domination et de spoliation.

La main tendue du PIT va aussi, par-delà le continent africain, à tous les Partis de par le monde qui partagent sa vision.

En effet, le temps est venu, en raison même des conséquences des travers de la mondialisation néolibérale, de faire front, de redonner espoir aux Peuples, de travailler à arrêter l’infernal mécanique de recherche de profit, allumant le feu quasiment partout.

Un autre monde est possible ! Un monde où nul ne quitterait son pays parce que certains y auraient allumé un feu si ravageur que rester au pays relèverait d’une certaine forme de suicide.

Du reste, ce brasier allumé et entretenu par les forces du capital n’est pas à entendre seulement au sens de guerres et de combats : il faut aussi le concevoir comme étant synonyme d’une exploitation de terroirs qui fait que des millions de femmes et d’hommes, d’enfants et d’adultes soient réduits à s’exiler pour espérer vivre autrement que de manière indigne de l’humain.

Le PIT, conscient du champ de ses responsabilités et déterminé à les assumer pleinement, se décide de consacrer une attention particulière à la formation de ses militants. Précisément parce que le Parti est conscient que, sans intelligence acérée des pulsations du monde complexe actuel, il va être bien difficile d’avoir en son sein une intervention pertinente, articulée, susceptible de frayer des voies. A cet égard, le Parti devra renouer, au-delà de l’effort de formation de ses militants, à l’éveil des consciences des sénégalais, et par tous les moyens idoines.

Dans ce cadre, le Parti ciblera particulièrement sa base de classe : les masses laborieuses et les couches intellectuelles. Il ne s’agit pas d’autre chose que de conquérir les consciences pour influer notablement et forger l’armée politique pour inscrire dans la vie les changements venus à maturité. Un objectif qui passe aussi par la restauration de canaux adaptés de communication qui permettraient au Parti de marcher du même pas, au même rythme.

Un des premiers moments de cette entreprise est, pour les congressistes, un effort collectif d’appropriation et de vulgarisation des thèses d’orientation et de programme du 6ème congrès.

 

Fait à Dakar le, 24 juillet 2016

Le congrès

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog