AU-DELA DE L’ECUME : LA VAGUE !

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL

 

ums.png


Cheikh Tidiane Sy  a cessé, sept jours durant, d’être ministre de la justice. Qu’il ait démissionné ou été démis importe, quant au fond, très peu. Ce qui est significatif (par delà son caractère rocambolesque), c’est qu’il est revenu pour, manifestement, poursuivre une  mission, « sa mission ».

Ainsi Abdoulaye Wade vient de donner- encore- un signal éloquent de sa volonté de mettre le pays, à tout prix,  en coupe réglée. Et, il faut le dire, en dépit de la crise sévère qui sévit  au Sénégal, crise se manifestant, au niveau de la justice, par la grève du Sytjus, le  «mouvement d’humeur » des magistrats, l’inédite et laborieuse conférence de presse du Procureur de la République dans le cadre de la tragique- et tout aussi inquiétante-  pour l’indépendance de la justice,  « affaire Bara Tall »…

C’est aussi dans un tel contexte qu’a été faite l’annonce de la perfide décision d’autoriser l’inscription sur les listes électorales sur la base d’une simple  présentation d’un récépissé de dépôt, comme si une telle attestation avait valeur de carte d’identité nationale ! Ce faisant, le chef de ce qui reste du P.D.S révèle, à ceux qui en doutaient encore, sa volonté de tout faire pour imposer ses choix, y compris par la fraude la plus grossière.

A la vérité, et le Parti de l’Indépendance et du Travail ne cesse de le répéter,  avec Abdoulaye Wade, le Sénégal se délite, littéralement. Les Sénégalais sont en danger, leur commun vouloir et pouvoir  de vie en commun est attaqué de façon radicale par un homme ayant pourtant prêté le serment de tout faire pour préserver la paix dans son pays, l’intégrité de celui-ci, le respect scrupuleux de sa constitution.

Abdoulaye Wade et son régime sont devenus  un danger public : ils ne s’en prennent plus seulement à l’Ecole ou à la Santé. Ils ne désagrègent pas seulement l’agriculture ou le tissu industriel. Ils ne se contentent plus de piller les finances publiques et de narguer les Sénégalais par des fortunes manifestement mal acquises.

Ils travaillent  à enlever aux Sénégalais toute espèce de foi en leur justice, en contraignant celle-ci, au vu et au su de tous, à obéir aux ordres du Prince.

Les magistrats ont donc raison de donner des signaux forts pour que tous leurs compatriotes soient conscients de la mise en mouvement d’une machine infernale ne pouvant qu’être gravement dommageable à l’existence de tous.

Sénégalais parmi les Sénégalais, ils ont l’obligation de répondre au devoir de se mobiliser pour préserver leur Nation.

Plus globalement, il incombe à tous les fils du pays, quelle que soit leur position sociale,  de comprendre que quand la Patrie appelle, nul n’a le droit de se dérober. La mobilisation de tous est,  aujourd’hui plus qu’hier, vitale pour créer les conditions d’une compétition électorale respectueuse des règles du jeu démocratique, avec des arbitres capables de dire le droit, des compétiteurs pouvant légitimement prétendre aux suffrages de leurs compatriotes, des électeurs dont tous les droits sont garantis et sauvegardés.

En clair, au-delà de Cheikh Tidiane Sy, c’est Wade, son immonde mode de gouvernance, son déni de justice, ses lubies, son projet de dévolution monarchique du pouvoir, son déficit de sens républicain, qu’il faut, impérativement, congédier.

Le comprendre, agir résolument à cette fin, doit devenir, pour tout Sénégalais, un impératif catégorique.

                                                                                Dakar, le 10 mai 20110.

                                                                           Le   Secrétariat du Comité Central 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog