CHOIX DU CANDIDAT DE BENNOO: POURQUOI TOURNER AUTOUR DU POT?

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL

round--1-.jpg

 

Choix du « Candidat de l’Unité et du Rassemblement » de Benno :  Pourquoi tourner autour du pot ?


A quelques encablures de l’échéance du 31 octobre pour le choix de «  Candidat de l’Unité et du Rassemblement » et de l’ « équipe », les nouvelles qui suintent du «  Comité de facilitation », et les « suppliques » en direction de NIASSE et de TANOR, laissent encore penser que Benno est en véritable danger d’implosion, au détriment  des attentes des populations.

Pourtant, le «  Comité de facilitation » a une feuille de route des plus claires, et des critères consensuels les plus précis, pour mener  son travail à la satisfaction de ses mandataires !

  se trouve donc le problème qui  semble mettre  le «  Comité de facilitation » dans l’impasse ?

A la lecture des diverses interventions dans la presse, l’on a l’impression que le problème se trouve dans le « refus » de NIASSE et de TANOR de «  désister » pour céder la candidature à l’un d’entre eux.

C’est en fait leur demander de se mettre en porte à faux avec les décisions des instances de leurs Partis, qui ont décidé de déposer leur candidature à la candidature. Ce qui est impensable, pour un mandataire politique, quelque soit son rang.

Donc, perdre du temps à essayer, sous prétexte de chercher à leur faire  « dépasser leurs égos pour l’intérêt national », n’a aucun sens, puisque la décision de retirer leur candidature ne leur revient pas.

A la rigueur, le «  Comité de facilitation » aurait pu s’adresser directement aux différentes instances politiques qui les ont mandatés, pour les convaincre d’un « désistement » éventuel; ce qui serait la « croix et la bannière » !

D’ailleurs, aucun critère retenu par Benno pour le choix du «  Candidat », n’impose au «  Comité de facilitation » une pareille démarche, pour achever leur mission.

Par contre, ce que Benno, et par delà, le peuple attendait de NIASSE et de TANOR sur leur attitude face à la recherche d’un candidat sur des bases consensuelles, si leur candidature n’était pas retenue,  ils y ont répondu admirablement.

En effet, chacun d’eux  a dit publiquement, que, le cas échéant, il se rangerait derrière le candidat choisi par Benno, et qu’il ne serait pas « candidat »  d’une quelconque autre organisation ou Parti.

La seule crainte légitime que  suscite cet engagement public qui les honore, était de savoir quel serait le comportement de leurs Partis, au cas où leur candidature ne serait pas retenue par Benno.

Y  aurait- il, malgré  tout,  des «  candidatures parallèles » portées par des dissidents éventuels de leurs Partis, comme la rumeur en faisait état ?

 N’y aurait- il pas des « votes sanctions massifs » de leurs bases politiques contre le « Candidat de l’Unité et du Rassemblement » de Benno ?

A ces interrogations, Me  Aïssata TALL, du Parti Socialiste,  vient d’y répondre admirablement en ces termes : Les cadres des instances dirigeantes doivent être en mesure de convaincre les bases pour les mobiliser massivement derrière le «Candidat » de Benno.

Pourquoi donc continuer à torturer moralement NIASSE et TANOR et à les  exposer  à la vindicte populaire,  au cas où le « Comité de facilitation » échouerait  dans sa mission ?

C’est exactement ce genre de discrédit qu’attendent nos « amis » de Benno Alternative 2012, pour mettre en oeuvre leur forfaiture, qui ne peut prospérer que dans l’implosion de Benno, à laquelle des Partis, en leur sein, ont sournoisement travaillé.

C’est aussi ce qu’attend Wade, avec nervosité, pour pouvoir, dans la division de Benno, dérouler tranquillement, comme en 2007, son plan de confiscation du pouvoir en 2012.

Face à la candidature à la candidature de ces deux personnalités, chacune « issue de partis majoritaires », conformément à l’une des alternatives du 10ème  critère pour le choix du candidat, le   « Comité de facilitation » a l’obligation de vérifier, si dans ses consultations, s’est dégagée  « une candidature portée par un large  rassemblement sans exclusive », comme le stipule aussi, une autre alternative de ce même 10ème  critère.

En aucun cas, de Benno n’a retenu  «  le Parti plus représentatif »  comme critère pour le choix du   « Candidat », comme le revendiquent souvent certains cadres du PS, confondant ainsi « partis et organisations majoritaires » avec  «  Parti le plus représentatif ».

Autrement, Benno aurait défini, lors du même séminaire du 17 Septembre,  ce  qu’il entend par « le  Parti le plus représentatif », plutôt que de laisser ce critère à l’appréciation de tout un chacun.

 Il faudrait donc rappeler, dans cette deuxième alternative, que le « large rassemblement » en question, est constitué de partis et organisations membres de Benno et d’organisations et de personnalités de la Société civile, issues des Assises nationales.

Le « Comité de facilitation » a donc l’obligation politique et morale devant Benno, qui l’a mandaté, et devant le peuple qui retient son souffle, d’explorer toutes les deux alternatives contenues dans ce 10ème critère, plutôt que de s’échiner à vouloir convaincre NIASSE et TANOR de désister l’un au profit de l’autre.

C’est un véritable de Sisyphe auquel il est entrain s’atteler avec opiniâtreté, avec au résultat, du stress et des frustrations de plus en plus  grandes.

Enfin, il est approprié de rappeler, que c’est à la plénière des leaders de Benno, que revient  le choix consensuel du « Candidat » et de l’ « équipe, et non au sein du «  Comité de facilitation », dont le rôle consiste à recueillir  la liste des «Candidats à la Candidature » selon les critères définis, et à présenter à l’appréciation de la plénière des leaders,  leur rapport  circonstancié et  motivé portant « proposition d’un candidat de l’Unité et du Rassemblement ».

Il n’est donc pas du rôle du « Comité de facilitation » de faire revenir NIASSE ou TANOR, de leur propre chef, sur les décisions pertinentes des instances respectives de leurs Partis. 

Dans cette perspective, le «  Comité de facilitation » devrait donc vérifier, qui de NIASSE, de TANOR ou d’une autre personnalité, est, à l’issue de ses consultations, « portée par un large rassemblement », plutôt que de s’enfermer dans un choix  cornélien pour savoir, qui de NIASSE ou de TANOR devrait désister en faveur de l’autre !

Le temps nous est tous compté et l’on n’a pas le droit, face au peuple Sénégalais,  d’échouer dans le choix de notre «Candidat » et de l’équipe », pour des considérations autres que celles de Benno, qui sont clairement traduites dans ses critères consensuels.

La Conférence des leaders de Benno n’attend que votre rapport circonstancié et motivé, pour faire son choix souverain qu’attend le peuple de lui.

              Il se fait tard, Camarades ! 

 

Dakar, le 25 Octobre 2011

 Ibrahima SENE  PIT/SENEGAL

 

 

no.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog