COMMUNIQUE DU SECRETARIAT SUR LA SITUATION AU MALI

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL

MALI TBCTOU

Le secrétariat du Comité Central du Parti de l’Indépendance et du Travail a, au cours de sa séance du mercredi 16 janvier, réservé une attention soutenue aux développements de la crise malienne.

Pour le secrétariat du P.I.T, si le Sénégal est singulièrement interpellé par les événements au Mali, ce n’est pas seulement eu égard au fait que nombre de ses ressortissants vivent dans ce pays. Ce n’est pas, non plus, seulement parce que ce pays frère est l’un des principaux partenaires économiques du Sénégal. C’est aussi et surtout pour des raisons de sécurité nationale, liées tout autant à la nature des frontières de notre pays qu’à la composition et aux motivations des forces en lice contre l’Etat malien.

En effet, le Mouvement National de Libération de l’Azawad ( M.N.L.A) et les « islamistes » touaregs( Ansar Dine , Aqmi, Mujao) sont, à la fois, porteurs d’une remise en cause fondamentale des frontières héritées de la colonisation et de tout projet d’instauration de Républiques démocratiques, laïques et citoyennes.

Or, une telle « philosophie de vie » est aux antipodes des valeurs que le Sénégal, dans le concert des nations africaines, s’est attelé à bâtir, aux prix de multiples sacrifices de femmes et d’hommes de différentes  générations.

Le Sénégal ne peut donc ni ne doit accepter que l’artifice de la foi donne à de quelconques groupes organisés le prétexte de tenter de s’imposer par le fer et le feu, pour instaurer un ordre qui ne peut engendrer que régression et misère.

Pour cette raison, le secrétariat du P.I.T se félicite de la décision du Président de la République de dépêcher au front, à côté d’autres soldats de la sous région, 500 de nos Diambar pour défendre, avec l’armée malienne,  des valeurs partagées.

Du reste, le secrétariat en appelle à tous les segments de la Nation pour un soutien, le plus massif possible,  à cette initiative.

Dans le même temps, le P.I.T invite tous les sénégalais, sans verser dans la paranoïa ni la chasse au faciès, à faire montre d’une extrême vigilance, pour une surveillance par tous du territoire national.

Enfin,  le secrétariat  du Comité Central du P.I.T réitère, sur cette question, sa conviction de toujours : il ne peut y avoir une solution de fond à la crise malienne qui ne vienne du Peuple malien lui-même, de sa classe politique notamment. Aux maliens donc de profiter du soutien de l’O.N.U, de la C.D.E.A.O, de tous leurs amis de par le monde pour un échange sans tabou aux fins de s’accorder sur le sort de leur pays et la nature de ses institutions.

Appréciant par ailleurs la situation scolaire et universitaire, le secrétariat du P.I.T invite le gouvernement et, par delà, tous les acteurs concernés, à prendre la pleine mesure des enjeux du moment.

La question de l’éducation et  de la  formation est, de nos jours particulièrement, une donnée stratégique, tant la qualité des ressources humaines va, de plus en plus, faire la différence.

Il faut donc que le Sénégal se dépêtre du cycle infernal des salaires et indemnités non payés, mais aussi des revendications tout azimut, suivis de grèves intempestives.

Pour ce faire, il faut, au plus vite mais de façon méthodique, engager la réflexion nationale annoncée en veillant, scrupuleusement, à ce qu’elle soit inclusive et consensuelle. Ce n’est que par ce biais que le Sénégal pourrait parvenir à un accord, le plus large possible sur le profil de son Ecole et de son Université pour y ramener la quiétude sans  laquelle aucun travail fécond ne peut réellement se faire.

Fait à Dakar le 16 janvier 2013.

 

 

mali_war.jpg

.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog