PROJET DE LOI SUR LE "TICKET PRESIDENTIEL": LA DERNIERE FORFAITURE DE WADE

WADE_DEGAGE-.jpg  

  LA DERNIERE FORFAITURE DE WADE


Abdoulaye Wade n’avance plus masqué ! Le projet de loi par lequel il escompte instaurer une vice présidence et supprimer – de fait  - le deuxième tour a, au moins, le mérite d’édifier les Sénégalais sur l’étendue du mépris dans lequel « leur » Président les tient.

En effet, Wade, non content de prétendre imposer sa candidature- dont l’illégalité n’a d’égale que l’illégitimité – veut, dans le même mouvement, mettre à la tête du pays une personne de son choix, en foulant du pied le droit et la morale.

Ainsi Wade dit à tous et très clairement qu’il n’entend respecter aucune règle, susceptible de contrarier ses sombres desseins.

Par son assemblée nationale croupion, il souhaite faire avaliser, au vu et au su de tous, une grossière forfaiture qui enlèverait au pays le reste de son vernis démocratique.

Ce faisant, Abdoulaye Wade met en demeure tous les Sénégalais. Il les somme de prendre leurs responsabilités : chacun devant, dans son for intérieur, se demander s’il doit laisser faire, ou alors se dresser, de toute sa stature, en rempart solide pour que le pays ne sombre.

Parmi les Sénégalais interpellés, il y a surtout ces nombreux candidats à la prochaine présidentielle, dont certains, tout en se réclamant des Assises Nationales, militent, ouvertement, pour des candidatures plurielles, paradoxalement adossées aux conclusions des Assises ! Ces candidats doivent, maintenant plus que jamais, réaliser que c’est en faisant corps, en formant un bloc monolithique, qu’il est possible d’empêcher Wade de violer la constitution en se présentant, envers et contre tout, pour un troisième mandat. Il devrait maintenant leur apparaitre, très nettement, que seule l’unité la plus large de tous ceux désireux de mettre un frein aux trop nombreuses dérives wadiennes est le plus sûr moyen de ramener le Sénégal sur la voie d’une vie politique civilisée, rationnelle, normalisée.

Pour le Secrétariat du Comité Central du P.I.T, le moment de l’action est bien arrivé. Le P.I.T invite en conséquence tous les Sénégalais à la mobilisation, à la jonction des initiatives, à la fédération des énergies.

Ce pays n’appartenant   ni à Wade ni aux siens,  nul n’a le droit d’assister, les bras ballants, à cette flagrante opération de désagrégation  nationale.

Wade invite au combat. Il refuse d’entendre raison. Il faut donc, ensemble, sous le même drapeau, le contraindre à faire machine arrière, au plus vite…

Il y va de la préservation de la  part d’avenir de la Nation.

                                                     Dakar, le 20 juin 2011.

                                                     Le Secrétariat du Comité Central.

noirre 21/06/2011 01:51


Franchement , les Sénégalais doivent cesser de se dire que tout va bien et se réveiller en disant non , rien ne va plus dans ce pays. D'abord on augmente la cherté de la vie en abandonnant le bas
peuple à son sort, et encore cela passe mais la constitution c'est le fondement d'un pays, elle est sacrée et c'est pour la protéger que le président est là. Mais maintenant le problème qui se pose
est de savoir si celui qui est censé protéger notre constitution la détruit peut à peu sans l'accord ni l'avis du peuple , si ce dernier est en mesure de reprendre la direction du pays aux
prochaines élections?


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog