NIASSE ET TANOR FACE A L'HISTOIRE PAR MANDIAYE GAYE

niasse_tanor2.png

 

Moustapha Niasse et Tanor Dieng face à l’histoire et à leur peuple, feront-ils honneur ou honte à nos attentes?

Après avoir subi les « jaabë jaale » (yoyo politicien) de Abdoulaye Wade qui nous a habitué aux promesses qu’il ne tient jamais, malgré les supposées assurances qu’il donne à chaque fois et que ses récentes déclarations déshonorantes de reniement « Ma waxoon waxeet » et « les promesses n’engagent que ceux qui y croient », ne viennent clôturer définitivement et confirmer à tout point de vue, les minces doutes qui subsistaient encore.

Il ne faudrait jamais plus de tels hommes à la tête de notre pays !

Aujourd’hui, l’image de l’homme politique ou de l’homme sénégalais simplement, est totalement écornée pour ne pas dire dévalorisée aux yeux de certains citoyens, au bord du découragement total. Le comportement de Me Wade à la tête de notre pays, correspond à la période la plus dévalorisante de nos hommes politiques et religieux, de nos institutions républicaines, de nos valeurs culturelles, de nos religions et enfin, au recul notoire de notre pays le Sénégal, dans les bas-fonds des républiques bananières.

En fait, Me Wade a presque œuvré au cours de ses 12 ans de pouvoir, dans l’objectif de transformer dans notre pays, tout ce qui est vertu en vice.

Et, avec l’argent du contribuable destiné au développement du pays dont il a la garde et les honneurs immérités qu’il distribue à sa cour, il s’en sert comme leviers, pour corrompre les âmes sensibles à l’argent et aux honneurs. C’est la fin de tout cela que le peuple sénégalais appelle de tous ses vœux et exige des prétendants. 

Tout ceci pour dire à Niasse et Tanor que vous avez le devoir impérieux de tenir compte de ce passé sombre dont vous êtes les témoins vivants. Vous mettez, en ces moments décisifs, votre honneur en jeu, face à l’histoire, donc à la postérité, à votre peuple, à l’adversaire aux aguets, qui est convaincu que vous ne parviendrez pas à vous entendre, au monde entier, qui observe et qui jugera la maturité de la classe politique et la société civile sénégalaise à travers cette épreuve. Vous avez pris des engagements fermes, chacun en ce qui le concerne, de respecter la décision qui sortira des investigations du comité des sages. Ceci est un test de grandeur nature avant l’élection présidentielle, pour mesurer déjà, le degré de votre  parole d’honneur et la valeur de votre engagement envers les Sénégalais. Nous n’attendons pas de vous que vous égaliez Me Wade dans le déshonneur et moins encore, de le coiffer au poteau, de tant de manquements à notre égard dont il est l’auteur. En effet, votre comportement après la date du 31 Octobre 2011, vous introduira dans l’histoire de votre pays de deux façons, soit honorablement par votre grandeur d’esprit, de sacrifice de soi, en acceptant le verdict quel qu’il soit, ou alors, honteusement en le refusant parce qu’il vous est défavorable. Montrez à Abdoulaye Wade, qu’il existe encore des Sénégalaises et des Sénégalais dignes et respectueux de leur parole donnée.


Faites de sorte que les indignés et les déçus de l’Alternance retrouvent le sourire et la confiance en ces hommes et ces femmes, dont la vocation ou l’envie est de faire la politique noblement et autrement pour servir les populations qui ont besoin d’être éclairées et éduquées.


A tous les deux, vous avez une dette envers le peuple des Assises nationales, lui qui a travaillé bénévolement sans arrière-pensée, deux années durant. Il n’attendait rien de ses travaux, si ce n’est, une sortie honorable de notre pays d’une crise qui perdure et une rupture totale avec une pratique de gestion politique des affaires de l’Etat, aux antipodes des intérêts et de l’unité de la nation sénégalaise. A cet égard, vous devez vous inspirer de l’attitude très honorable, désintéressée  et dépourvue de calcul politicien, du président Amadou Moctar Mbow. Il a servi son pays, l’Afrique et le monde de façon admirable et reconnue par la communauté internationale. Malgré son âge avancé, il continue encore à servir  son pays à la demande de ses concitoyens, sans rien exiger en retour. Ce sont de tels dirigeants politiques dont les peuples ont besoin ou plutôt, ont soif. L’hommage mérité qui lui a été rendu lors de son 90e anniversaire est dû au fait, qu’il faisait de sa mission un sacerdoce et non une monnaie d’échange. Alors, que son comportement  vous serve d’exemple dans les décisions à prendre et comportements à observer dans l’avenir. On dit bien chez nous : « Goor ca waax ja » (un homme digne est lié par sa parole). Alors, le 31 0ctobre nous édifiera bientôt, qui est qui.

La rupture prônée par les Conclusions et la Charte de gouvernance démocratique des Assises nationales règle justement les enjeux du pouvoir  ou son appétit, pour l’après Wade, par la rationalisation et l’équilibre des Institutions entre elles.


Si réellement, ceux qui convoitent la direction de notre pays en ce moment, sont conscients qu’il n’est plus possible de le gouverner comme par le passé, c’est déjà un pas important de franchi.


S’ils s’accordent en outre sur la nécessité de rompre avec le passé et s’engagent de façon résolue et irréversible, à appliquer fidèlement la Charte  et les Conclusions des ANS, il est dès lors exclu, que l’équipe dirigeante qui sera choisie avec son capitaine en 2012, soit celle d’un parti politique donné, d’un groupe de pression quelconque, d’une gestion personnalisée et autoritaire de notre pays. Cette équipe sera au service du peuple sénégalais tout entier sans exclusive aucune, pour la satisfaction et la résolution de ses besoins les plus pressants et les plus immédiats.

 

Surtout quand cette équipe est convaincue qu’elle assure une transition avec des tâches précises concrètes clairement identifiées, vers la refondation d’une république au sens plein du terme et d’institutions fiables, pérennes et démocratiques fondées sur le respect de la citoyenneté, des libertés individuelles et collectives.


Les citoyens seront dorénavant des sentinelles pour veiller sur la pratique orthodoxe des hommes et des femmes placés à la tête de l’Etat.

Les forces vives de notre pays, dispersées dans les différentes coalitions ou la société civile n’ont qu’un seul souci, celui de se débarrasser du régime libéral dont Me Wade est le maître d’œuvre. Toute action, de qui que soit, tendant à faire échec à cette volonté populaire exprimée de façon nette et claire par la majorité des populations, qui vivent du fruit de leur travail, doit être considérée comme une démission ou  complicité, à dénoncer et à combattre vigoureusement.


A cet égard, les deux candidats à la candidature de l’unité de Benno, ainsi que leurs partisans respectifs, doivent bien mesurer les conséquences de leurs actes et responsabilités car, l’échec de cette opération longtemps en gestation, pourrait avoir un impact négatif dans la suite des évènements à venir.


Disons-le plutôt nettement, une maladresse de ce genre, serait synonyme d’un coup de main donné à Wade et son régime libéral, consciemment ou inconsciemment.

Le M23, qui depuis le 23 juin dernier travaille sans relâche à mobiliser les Sénégalais autour de la défense de la Constitution, pour une élection libre transparente et démocratique, mène bien sa partition. Si nous considérons, nous militants du M23, que notre unique et seul adversaire c’est Abdoulaye et son clan, car c’est eux qui détiennent la réalité du pouvoir et gèrent le pays, nous n’avons pas le droit de déployer nos principales forces groupées, ailleurs que sur lui et tous ceux qui le soutiennent de quelque manière que ce soit. C’est pourquoi, l’unité et la cohésion dans les actions à mener, sont une exigence et une nécessité absolues.


L’ennemie jurée des forces vives de progrès et de rupture d’avec le passé, c’est la division dans nos rangs, et c’est elle qui constitue dans le même temps, l’arme fatale préférée et efficace de Me Wade pour déstabiliser nos forces.


Un homme averti, en vaut deux. Le M23 est un échelon supérieur que nous n’avons jamais connu dans le passé de notre pays, par sa base plus large et sa composition plus diversifiée donc, un atout de plus.

Le Sénégal, par la qualité et la quantité des ressources humaines en tous genres qu’il renferme, mérite d’être doté d’une équipe de dirigeants intègres, compétents, patriotes et pétris d’éthique avec le sens républicain. Les Assises nationales ont révélé que si nous nous mettons ensemble, nous pouvons produire de la qualité pour nous-mêmes et par nous-mêmes. Le 26 Février 2012 est une occasion pour les forces patriotiques et de progrès, massées dans le M23, de renverser la tendance actuelle, à savoir mettre fin au régime libéral ; pour cela, aucun apport d’un patriote n’est à négliger. En tout cas, nous sommes tous responsables face au devenir de notre pays, certainement à des degrés divers.


Alors Niasse et Tanor vont ouvrir le ban ce 31 Octobre 2011 !

 

      Mandiaye  Gaye

 

niasse_tanor1.png

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog