POURQUOI L'ULTIMATUM DU M23 POUR LE JOUR DE LA TABASKI?

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL

  Tabaski_Wade2.jpg

 

La Candidature De Wade à un 3ième    mandat : Pourquoi l’ « Ultimatum » du M23 pour le jour de la Tabaski ?


Le jour de la Tabaski est la dernière occasion pour le Chef de l’Etat de s’adresser à la Nation à propos de sa candidature. Sinon, ce serait le 31 Décembre au moment où il aura déjà déposé sa candidature au près du Conseil Constitutionnel le 25 Décembre.

Donc, le jour de la Tabaski est l’ultime opportunité qui s’offre à Wade pour se réconcilier avec son peuple, en lui annonçant publiquement le retrait de sa candidature à un 3ième mandat, pour respecter les  dispositions de la Constitution en la matière.

Cependant, une chose doit être claire dans sa tête, que s’il ne saisit pas cette opportunité, le M23 n’aura plus d’autres  choix que de se mobiliser, de manière encore plus puissante que le 23 Juin, pour lui imposer le respect de la Loi Fondamentale qui est notre Constitution.

Le M23 ne pourra pas assister les bras croisés à cette nouvelle tentative de  violation de la Constitution, pour éviter, qu’une fois cette forfaiture entérinée par le Conseil Constitutionnel, Wade ne s’attelle à la déstabilisation du pays, en mettant en œuvre son projet de holdup up électoral pour confisquer le pouvoir et préparer sa transmission à son fils biologique.

Le M23 devrait donc user de tous ses droits constitutionnels pour mobiliser pacifiquement le peuple pour empêcher cette forfaiture.

Son combat est ainsi dirigé contre Wade et sa volonté de violer la Constitution, et non, comme l’on tente de le faire croire, contre le Conseil Constitutionnel.

Wade n’a pas le droit de déposer sa candidature au Conseil Constitutionnel, et nous le combattons pour cela.

Il  est évident, que le Conseil Constitutionnel,  est aussi dépendant du Chef de l’Etat que l’Assemblée nationale.

Donc laisser à Wade le soin de le saisir sur la question, serait donner implicitement le quitus au Conseil Constitutionnel pour qu’il exécute sa volonté.

Le M23 n’a donc pas d’autre choix que d’empêcher Wade à passer à l’acte de dépôt sa candidature.

En effet, s’il laisse Wade s’exécuter, il n’aura nulle part où contester juridiquement  la légalisation de la forfaiture.

A cet égard, la Commission judiciaire de la CEDEAO a déjà déclaré son   « incompétence » en la matière, à plus forte raison  l’Union Africaine ou l’ONU.

Dans ces conditions, seul un mouvement populaire,  encore plus puissant  que le 23 Juin, contre sa volonté de déposer sa candidature,  peut l’arrêter.

Mais pour ce faire, il faut clairement faire comprendre à Sarkozy, que l’envoi au Sénégal, dans ce contexte, du Général Grégoire ST  Quentin, présumé génocidaire au RWANDA, spécialisé dans la gestion des «  situations de Chaos et de génocide », est un signal fort donné à Wade, que sa sécurité et celle de sa famille seront assurées, en cas de trouble grave, par les Forces Françaises stationnées à Dakar,  qu’il est venu commander.

Le Général pourra organiser son exfiltration et celle de sa famille, comme il le fit au RWANDA en faveur des «  amis » de la France, si jamais son affrontement avec le peuple pour imposer sa candidature, tournait à son désavantage.

Un tel signal encourage donc Wade à envisager l’épreuve de force avec son peuple. D’où ses propos de plus en plus guerriers et menaçants, depuis l’arrivée de ce Général dans nos murs.

C’est pourquoi, au nom des intérêts bien compris de la France au Sénégal et dans la sous région, Sarkozy devrait rappeler immédiatement ce Général et faire comprendre, d’ores et déjà,  à Wade, que les Forces Françaises, stationnées au Sénégal, ne procéderont à aucune exfiltration de sa famille, s’il décidait d’affronter son peuple pour imposer sa candidature et que la situation tournait mal pour lui.

Dans pareille situation, Wade n’aurait plus le choix que d’écouter la voix de son peuple.

En effet, même s’il est lui-même suicidaire, il ne risquerait pas pour autant la vie de ses enfants.

Il sait pertinemment,  depuis le 23 Juin, qu’il ne peut  pas compter sur ses amis et soutiens pour affronter victorieusement le peuple. Il a vu et médité leur comportement. Il s’est rendu compte que ces gens là, à l’exception de Farba Senghor et de Coumba Gaye, ne sont pas prêts à mourir pour le défendre.

Il lui a fallu un trésor d’efforts surhumains sur lui-même et beaucoup d’argent, pour les sortir peu à peu de leurs trous où ils s’étaient terrés, pour pouvoir les mobiliser le 23 Juillet et les exhorter à se battre.

Les fanfaronnades qu’il entend, de part et d’autre, l’encourageant à maintenir sa candidature, ne l’emballent pas outre mesure, car il sait, en âme et conscience, que des gens comme Samuel Sarr, très prompts à faire des bravades dans la presse, n’accepteront pas de mourir pour Karim.

Wade ne pourra même pas compter sur l’importation de mercenaires, puisque notre Armée nationale va assumer ses fonctions régaliennes de défense de l’inviolabilité de nos frontières et ne permettra  aucun mercenaire d’y pénétrer pour exercer des violences sur les populations.

Quand aux forces de sécurité publique  (Police et Gendarmerie), elles ont déjà montré le 23 Juin, leur capacité à maintenir l’ordre public sans bavure, dans les limites du respect strict du droit du peuple à manifester pacifiquement pour exprimer sa volonté.

Dans un contexte pareil, sans la garantie d’un soutien logistique de la France pour son exfiltration avec sa famille,  si l’affrontement avec le peuple mettait en danger leur vie,  Wade ne peut que saisir l’occasion de la Tabaski pour se réconcilier avec son peuple.

Il n’est pas possible, sous prétexte qu’il serait minoritaire dans le peuple, de lui permettre de violer la Loi fondamentale pour se présenter aux élections présidentielles du 26 Février 2012, afin de laisser au peuple le soin de le sanctionner.

Ce serait une fuite impardonnable devant ses responsabilités historiques de faire respecter la Constitution. L’on ne peut pas la violer, et prétendre avoir le droit de solliciter le suffrage du peuple.

L’ «Ultimatum » du M23 n’est rien d’autre que cela. C’est un appel à Wade pour saisir sa dernière chance de se réconcilier avec son peuple le jour de tous les pardons, qui est celui de la Tabaski.

Il n’est donc nullement un défi pour l’humilier, comme le prétendent ses  laudateurs invétérés, dans le but évident de le radicaliser.

En fait, ce sont ces fanfarons qui cherchent à l’humilier en le poussant dans une voie, non seulement risquée pour lui-même, sa famille et son peuple, mais aussi qui le déshonore aux yeux du monde entier.

Toutes les forces religieuses du pays, qui prient quotidiennement pour la paix, la stabilité et la concorde nationale, devraient contribuer à l’amener à se ressaisir,  en le sollicitant directement,  à cet effet,  avant la Tabaski.

Leur autorité morale incontestable sur le Chef de l’Etat devrait, comme au 23 Juin, faciliter leur tâche dans cette entreprise de salut national.

Fait à Dakar le 14 Octobre 2011.

Ibrahima Sène,  PIT/SENEGAL

 

Tabaski Wade

GORGUI, DEM JOTNA WAAY!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog