RESOLUTION DU CINQUIEME CONGRES: APPEL AUX FORCES DE GAUCHE.

  • CINQUIEME CONGRES DU PIT-SENEGAL

  P1000146.JPG  P1000197.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le P.I.T.-Sénégal a tenu son 5ème Congrès Ordinaire dans un contexte où la logique capitaliste du profit, abusant de nouvelles possibilités offertes par le développement des sciences et techniques, a renforcé les transnationales et conduit à des nouvelles formes d’oppression et d’exploitation au plan mondial.

Partout à travers le monde, le nombre de chômeurs a augmenté, de même que dans beaucoup de cas, il est devenu plus difficile de se soigner, de s’éduquer, de se loger, à la mesure des possibilités qu’offrent les résultats de la Révolution scientifique, technologique et informationnelle, qui a ouvert de vastes horizons de progrès social à l’humanité.

La crise financière actuelle a démultiplié les effets pervers du système capitaliste d’exploitation et d’oppression, dont les principaux responsables sont les spéculations financières qui placent toute l’économie du monde dans une bulle, où l’essentiel des ressources est détourné de la production.

Dans ce contexte, il ressort de l’analyse économique et de classe de notre société, que le Sénégal est dominé, dans ses sphères les plus vitales par le capital étranger, associé à une mince couche nationale de bourgeois bureaucratiques  et « affairistes ».

La politique capitaliste, d’orientation néo-libérale, menée dans ce cadre durant les 2 dernières décennies, à) travers les Programmes d’Ajustement Structurel, est la cause principale de la paupérisation croissante d’une majorité de plus en plus grande de notre peuple.

Cette politique a ruiné le pays, renforcé et aggravé les inégalités sociales et culturelles qui remettent en cause l’intégrité territoriale et minent les fondements de notre cohésion nationale.

Cette réalité pose à notre peuple deux niveaux d’objectifs à atteindre pour sortir le pays de la crise actuelle qui le mine.

D’une part, dans le sillage des Assises nationales, le P.I.T.-Sénégal a travaillé à l’émergence d’un vaste front des forces républicaines et  démocratiques, pour mettre un terme au régime despotique de Wade et à son projet de dévotion monarchique de pouvoir.

Ce front qui transcende les clivages «  gauche/droite » est l’œuvre  de l’ensemble des forces politiques, économiques, sociales et culturelles, qui reconnaissent la pertinence de l’ impérieuse nécessité du départ de Wade, pour refonder notre Etat sur des bases républicaine, démocratique et citoyenne, et promouvoir la Bonne Gouvernance, tels qu’ils ressortent des conclusions des Assises nationales.

Ce vaste rassemblement est aujourd’hui incarné par BENNOO SIGGIL SENEGAL, dont le renforcement, l’unité et la cohésion autour des perspectives des prochaines élections présidentielles, sont le seul gage pour l’avènement de l’alternative républicaine, démocratique et citoyenne, dont les conclusions des Assises nationales sont porteuses.

D’autre part, pour faire peser les travailleurs et les couches populaires de tout leur poids dans ce vaste mouvement, pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations, et pour éviter la ré édition de l’expérience de régression généralisée post alternance de 2000, que vit dramatiquement notre peuple, le P.I.T.-Sénégal lance un appel solennel à tous les Partis, Mouvements de la Société Civile, et Personnalités qui se réclament de la  gauche marxiste et nationaliste pan africaine, à se retrouver dans une Grande Confédération des Forces de Gauche.

        Cela nous semble nécessaire, non seulement pour veiller au respect strict des engagements souscrits dans le cadre du vaste mouvement pour la refondation de l’Etat et la Bonne Gouvernance, mais aussi, et surtout, pour permettre à notre peuple, de relever le défi du XXI eme siècle, de la « souveraineté économique » et de la «  souveraineté alimentaire », pour parachever son indépendance, veille déjà de  50 ans.

        C’est un véritable programme de rupture avec la logique libérale  des Programmes d’Ajustement Structurel qui privilégie

le « partenaire stratégique étranger », dans les privatisations des entreprises publiques et dans les concessions d’exploitation de nos ressources naturelles, au détriment des entrepreneurs nationaux, des travailleurs et des consommateurs/usagers,

l’agrobusiness et autres spéculateurs fonciers nationaux et étrangers, dans la privatisation des terres agricoles, au détriment de l’exploitation agricole familiale et de ses perspectives de modernisation,

 et la « sécurité alimentaire » à la place de la «  souveraineté alimentaire » de nos Etats, pour, à travers l’importation des vivres, perpétuer notre dépendance à l’égard des multinationales de l’alimentation.

 

P1000150.JPG


      C’est aussi un programme de rupture avec la logique des «  Accords de Partenariat Economique » (APE), que l’Union Européenne veut imposer à nos Etats de la sous région, pour ouvrir grandement nos marchés intérieurs à leurs exportations, détruire notre agriculture familiale, et transformer nos économies en «  appendice »  de leurs Entreprises, fortement concurrencées par les pays émergents en Afrique.

Dans le travail pour l’avènement de ce cadre, toutes les entités intéressées doivent tirer les leçons de l’échec des retrouvailles multiples tentées par les mouvements de gauche, particulièrement, celles du Pôle de Gauche, et du Mouvement des Assises de la Gauche (MAG).

Pour notre Parti, si le Pôle de Gauche était considérée comme une « unité d’actions » autour d’un programme commun de court terme qui devait déboucher, à moyen terme, sur « une unité organique », le MAG, n’a été qu’une vaine tentative de reproduction du Pôle de Gauche en perspective des élections présidentielles de 2007.

Le Pôle de Gauche ne pouvait pas être reproduit en 2007, en faisant abstraction de l’appartenance à un gouvernement libéral d’une partie de la Gauche historique qui le constituait.

Aujourd’hui, avec notre appel, il s’agit de nous démarquer,  au sein d’une même organisation, des forces du mouvement démocratique, qui ne se reconnaissent pas dans le « programme de recouvrement de notre souveraineté économique et alimentaire », pour « consolider » notre indépendance nationale, dans le cadre de l’unité de nos Etats et de nos peuples dans la sous région.

C’est donc à un rassemblement national et démocratique de type nouveau  auquel nous appelons, pour constituer la Grande Confédération des forces de Gauche.

Ainsi, ce n’est pas un parti de Gauche pour construire le Socialisme, mais bien, pour « consolider les acquis démocratiques, l’indépendance du pays, et la réalisation de l’intégration sous régionale ».

Le P.I.T.-Sénégal, qui réaffirme son option Marxiste Léniniste, s’engage, pour sa part, à œuvrer à réunir toutes les conditions idéologiques et organisationnelles qui lui permettront de jouer son rôle, conformément à sa nature sociale, pour la réussite d’une telle entreprise.

Dés lors, le 5ème Congrès engage la Direction du Parti à prendre toutes les initiatives de vulgarisation de sa vision, et à prendre, sans délai, les  contacts nécessaires à la mise sur pied de cette Confédération des forces de gauche.

 YAW2

 

 

Adopté à Thiès le 23 Mai 2010

 

Le V Congrès.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog