RESOLUTION GENERALE ET NOUVELLE DIRECTION DE L'U.D.F.S

  • CINQUIEME CONGRES DU PIT-SENEGAL

 NDEYE LUCIE CISSE NOUVELLE SECRETAIRE GENERALE DE L'UDFS EN COMPAGNIE DU CAMARADE MAGUEYE KASSEP1000096.JPG

-Considérant la politique économique et sociale du gouvernement libéral d’Abdoulaye Wade ;

-Considérant que le mode de gouvernance initiée par ce régime a désarticulé l’économie nationale par des politiques de non incitation à l’investissement productif, de gaspillage des ressources publiques, par la corruption et la concussion étalées tous les jours aux yeux des populations frappées par la pauvreté extrême, par le bradage de notre agriculture et une volonté clairement affichée de liquider la filière arachidière ;

-Considérant que le régime de l’Alternance a crée, artificiellement et de toutes pièces, une oligarchie financière qui participe de cette gabegie et tente par tous les moyens, y compris la corruption, l’intimidation la démagogie et le populisme, de se maintenir au pouvoir par  des pratiques mafieuses ;

-considérant l’état désastreux de nos structures de santé dépourvues du minimum nécessaire, la privatisation de la santé et le non accès aux soins de santé primaire de manière et soutenue ;

-considérant l’état de délabrement de notre système éducatif du fait de l’absence de volonté de recrutement d’enseignants qualifiés, de constructions scolaires crédibles, la mise en place d’une carte universitaire incohérente qui ne répond à aucun besoin clairement identifié, la privatisation rampante de l’Ecole sénégalaise à tous les niveaux et l’illusion entretenue quant au pourcentage réel du budget alloué à ce secteur stratégique ;

-Considérant les agressions  et la provocation quotidienne que subit le monde du travail dont les dernières continuent, malgré tout à se manifester encore avec la volonté d’introduire une réforme scélérate du code du travail en voulant modifier les dispositions de l’article L 42 ;

-considérant la politique de division syndicale instituée et entretenue  par la corruption que pratique Abdoulaye Wade pour anesthésier toute volonté de défense conséquente des travailleurs 

-Considérant que cette politique de ruine nationale a entrainé des souffrances indicibles pour les travailleurs et les femmes laborieuses ;

-Considérant que les femmes portent, au premier chef, le poids de la crise  aggravée par le renchérissement du coût de la vie, l’accroissement de la pauvreté parmi cette couche vulnérable de la population ;

- Considérant que les droits des femmes continuent d’être bafoués par des prises de décision à caractère démagogique et politicien comme le montre la loi sur la parité ;

Considérant que la loi sur la parité votée dans le folklore et l’absence de réflexions critiques sur la condition réelle des femmes n’est pas l’aboutissement d’un processus de mise en œuvre de réelles politiques en faveur des femmes toutes catégories sociales confondues, de traduction dans les faits de toutes les conventions relatives aux droits des femmes signées par le Gouvernement du Sénégal, et de l’effectivité, dans la réalisation, de l’approche genre dans les politiques de développement ;

-Considérant la volonté d’Abdoulaye Wade de se maintenir au  pouvoir en 2010 malgré sa politique décriée au plan national, régional et international par toutes les forces de progrès utilisant, pour ce faire, toutes sortes d’artifices, y compris la manipulation du fichier électoral, une CENA sujette à caution, les agressions continues contre notre Loi fondamentale et une dévolution monarchique du pouvoir ;

-Considérant le douloureux problème de la Casamance meurtrie par des décennies de guerre, situation que le régime de Wade a contribuée à rendre plus compliquée à résoudre ;

-Considérant que cette situation qui a fait trop de victimes mérite un traitement sérieux pour amener enfin la paix et le développement dans cette région au développement hypothéqué par la guerre, la présence des narcotrafiquants ;

-Considérant que les forces patriotiques et démocratiques regroupées dans le cadre de Benno Siggil Sénégal mènent une lutte sans concession contre la politique du pouvoir libéral et l’ensemble de ses aspects (institutionnels, sociaux et culturels) ;

-Considérant que les femmes du Benno participent activement et avec détermination à cette lutte comme elles l’ont déjà démontré ;

-Considérant la place que le P.T Sénégal occupe dans cette entreprise patriotique et de salut national ;

-Considérant la nécessité pour le P.I.T de renforcer les acquis organisationnels qui ont contribué à donner une place respectable à l’UDFS ;

Le 3ème congrès de l’Union Démocratique des Femmes du Sénégal(UDFS)

-réaffirme la volonté de l’organisation de se battre résolument contre la mal gouvernance érigée en système par Abdoulaye Wade et son régime ;

L’UDFS entend contribuer à élever le niveau de conscience et de formation de ses membres et de toutes les femmes qui partagent son orientation, pour les doter des instruments efficaces pour la résolution des problèmes auxquels les femmes sont confrontées. Ce mouvement s’inscrit dans celui qui agite les organisations de femmes à l’échelle nationale, régionale et internationale, conformément aux enjeux complexes que pose le contexte de la mondialisation libérale en tenant rigoureusement en compte l’histoire de notre société, passée et présente et des mutations qu’elle subit au plan culturel.

L’UDFS engage toutes les organisations démocratiques, de la société civile comme les femmes intégrées dans leurs partis politiques de gauche, à œuvrer de concert pour :

-Eclairer les femmes sur les enjeux idéologiques de leurs luttes, la complexité de la situation de mise en œuvre de la parité, en déjouant les plans ourdis par Abdoulaye Wade pour détourner les femmes de la lutte pour des conditions optimales d’application d’une mesure pour laquelle leurs organisations se  battues pendant des années et n’entendent pas se faire voler.

L’UDFS inscrit, dans la même dynamique, son action dans toutes les initiatives prises pour l’existence d’un fichier électoral débarrassé de toutes les inscriptions frauduleuses, en veillant à la régularité des futures inscriptions, pour des élections démocratiques et transparentes en direction des échéances de 2012 à défaut de hâter le départ d’Abdoulaye Wade et de son régime de corruption.

L’UDFS exhorte le P.I.T à encadrer davantage sa lutte vers des victoires au service des femmes travailleuses et opprimées par le système Wade.

Vive l’UDFS !

Vive la lutte des femmes !

                                                                                                          Dakar le 16 mai 2010

 

 P1000094.JPGP1000078.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FATOU THIERNO MBENGUE, OULIMATA NIANG ET SEYNABOU GAYE, MEMBRES DU NOUVEAU BUREAU DE L'U.D.F.S

 

A l’Issue de son 3ème Congrès ordinaire tenu le 16 mai 2010 à l’ENDSS/ Dakar, l’UDFS a élu à l’unanimité son bureau national

BUREAU NATIONAL DE L’UDFS

Présidente d’honneur :

Ndéye Amy Faye Kassé Dakar

Secrétaire Générale :

Ndéye Lucie CisséDakar

Adjointe : Fatou Thierno Mbengue  Dakar

Secrétaire à  l’Organisation :

Dieynaba Diallo Thiès

Adjointe : Oulimata Niang Dakar

Secrétaire a la Communication et aux Affaires Culturelles :

Ndéye Khady Ndiaye Rufisque

Adjointe : Arame Ndoye Dakar

Secrétaire aux Relations Extérieures :

Seynabou Gaye Dakar

Adjointe : Mariane Mbengue Mbour

Secrétaire a l’  Administration :

Aissatou Diallo Dakar

Adjointe :

Secrétaire à  la Recherche et au Développement de l’Initiative Economique :

Aissatou Diawara Dakar

Adjointe : Mboule Dieng Thiès

Secrétaire à  l’éducation et à la formation :

Khady Ba Thiès

Adjointe: Tawo Maiga Dakar

Trésorerie :

Diawo Cissé Dakar

Adjointe: Rokhaya Dione Dakar

 

 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog