DÉCLARATION DU SECRÉTARIAT DU P.I.T-SÉNÉGAL A L'OCCASION DU PREMIER MAI 2011

  • LE BLOG DU PIT-SENEGAL

 

premier_mai.jpg

Le 1er Mai 2011 se déroule à un moment où la situation de l’économie mondiale est dominée par la crise systémique qui se traduit par une baisse de la croissance, le manque d’empois et une baisse générale du pouvoir d’achat.

Cette crise, comme l’attestent les politiques, en cours de traitement des dettes et de rétablissement des équilibres macro-économiques, est entièrement supportée par les peuples, à travers la part toujours dérisoire réservée aux salaires, le démantèlement en règle des systèmes de protection sociale et du Service Public.

C’est précisément cette situation qui provoque un mécontentement et un désarroi dans les peuples et constitue l’une des causes des glissements à droite et la montée, justement dangereuse, des extrêmes droites dans beaucoup de pays d’Europe et aux Etats-Unis. Dans ce contexte, les forces dominantes en profitent pour poursuivre leur entreprise d’affaiblissement des organisations de résistance anticapitaliste et de transformation sociale.

Il n’y a pas de tâche plus urgente que d’explorer les voies et moyens de construction sur des bases nouvelles d’alternatives de masse pour repousser les agressions contre les travailleurs et les peuples, pour infléchir le cours des choses vers un autre monde, plus démocratique plus juste, libéré de la haute finance et débarrassé des guerres qui ont toujours accompagné les crises du Capitalisme. C’est du reste cela qu’a exprimé puissamment le Forum Social Mondial de Dakar en Février 2011.

L’exigence de la lutte pour la paix est d’autant plus impérative que les puissances dominantes, le G 8, face à la crise, se sont arrogé le droit de régenter totalement la planète, en utilisant des mécanismes de légitimation de leurs actes de domination et d’exploitation par l’Organisation des Nations Unies.

Elles multiplient les actes de guerre d’ores et déjà dans les zones stratégiques de premier ordre sous des prétextes divers, en consacrant le libéralisme comme seule forme admissible du devenir de l’Humanité.

En ce qui concerne le Sénégal le Premier Mai a toujours été, pour les travailleurs une grande Journée d’affirmation, de leur personnalité et de la solidarité avec toutes les forces patriotiques et démocratiques de notre pays.

Il ne faut jamais oublier que c’est à l’occasion de cette journée ardente que les travailleurs, ensemble, ont manifesté leur volonté d’en finir avec la domination coloniale, de lutter contre les Plans d’Ajustement Structurel. Les victoires enregistrées en ce sens demeurent dans la mémoire collective, de nos travailleurs et du peuple. C’est précisément pourquoi, Abdoulaye Wade s’est appliqué dès son installation, à l’affaiblissement du mouvement syndical par l’émiettement des organisations et des Centrales et la domestication de nombreux dirigeants syndicaux à travers un système élaboré de corruption basé sur l’argent et les fonctions de rente dans les services publics.

Dans le même temps, lui et son gouvernement jouent du pourrissement devant les revendications des cadres syndicaux et intersyndicaux par la non application des accords signés à chaque fois, pour désamorcer les luttes et particulièrement les luttes unitaires des travailleurs.

A cet égard, les responsables et les cadres syndicaux doivent bien prendre conscience et réfléchir sur le fait que si les scores, aux Eélections de Représentativité, ont démontré incontestablement l’attachement des travailleurs à l’utilité de leurs organisations, principalement la CNTS, l’UNSAS, la CSA, par contre le fort de taux d’abstention appelle instamment à examiner les voies et moyens de renforcer la syndicalisation, précisément pour contrer les objectifs de neutralisation du Pouvoir et pour éviter la manipulation des abstentionnistes, et des travailleurs excédés par des forces obscures réactionnaires.

Il faut saluer, malgré tous les efforts de la classe dominante et la multiplicité des organisations syndicales, la grande combativité des travailleurs dans ce contexte, avec même des succès ici et là, mais aussitôt compromis et les plateformes rangées dans les tiroirs avec la complicité des dirigeants corrompus.

Cette ligne de conduite des autorités, (face aux revendications qui concernent particulièrement la cherté de la vie pour et le sort des milliers et milliers de travailleurs, victimes de l’effondrement de nos entreprises phares), leur ponction permanente des ressources destinées au monde rural et l’accaparement du patrimoine foncier à des fins de spéculation au service de l’Agrobusiness, marquent l’option du Pouvoir de maintenir son train de vie démentiel, et son projet de construction d’une oligarchie comme pilier central de sa base de classe.

Dans la confrontation en cours entre cette oligarchie corrompue et les forces qui œuvrent pour un changement réel, la contribution originale, indépendante des organisations syndicales est indispensable. C’est cela sa tradition, attestée par l’histoire.

Il faut dire clairement que la situation actuelle de notre pays nécessite un engagement résolu des organisations de travailleurs. En effet, cet engagement est la seule garantie que leurs intérêts seront pris en compte en toute circonstance, contre les tentatives éventuelles de détournement des fruits de leurs luttes par quelque acteur politique que ce soit.

Dans ce cadre, le peuple sénégalais s’attend à un apport décisif du mouvement syndical pour obliger Abdoulaye Wade à renoncer à son projet de candidature à l’élection présidentielle de 2012 que n’autorise ni la Constitution, ni son état.

En effet, le mouvement syndical a une place de première importance dans la défense des règles constitutionnelles nationales et cette défense est une tâche des forces populaires, démocratiques et patriotiques.

Vive le Premier Mai !!!

Vive la Solidarité Internationale des Travailleurs et des Peuples !!!

Le Secrétariat du Comité Central

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog